Ecotourisme et volontariat : les nouvelles façons de voyager

Ces dernières années, nous avons vu naître de nouveaux modes de voyage, plus responsables et plus engagés, ce qui s’explique par deux phénomènes principaux. En effet, de plus en plus de personnes ont envie de fuir le tourisme de masse, les chaînes d’hôtels et les clubs de vacances, pour s’orienter vers des destinations moins prisées et plus sauvages.

De plus, les préoccupations pour l’avenir de notre planète sont plus fortes que jamais, nous remarquons que d’autres modes de voyage se sont développés afin de réduire l’impact des voyageurs sur l’environnement.

L’écotourisme : s’adapter à la nature sans la modifier

En effet, dans plusieurs destinations de rêve, comme aux Philippines et aux Maldives, la destruction des coraux pour construire des hôtels a eu un grave impact sur la barrière de corail, en plus de fragiliser l’industrie locale de la pêche, sans oublier les désormais fameuses “mers de plastique”.

Il y a de nombreux autres exemples, comme les autorités chinoises obligées de restreindre l’accès au mont Everest, car les détritus laissés par les nombreux alpinistes, sont responsables d’une pollution endémique de zones restées longtemps vierges.

Ces multiples dégradations ont éveillé les consciences et on fait naître une nouvelle façon de parcourir le monde : l’écotourisme.

Un alpiniste en montagne
Photo by Conor Sheridan on Unsplash

L’enjeu ? Continuer à voyager, en allant à la rencontre d’autres cultures et d’autres modes de vie, mais sans jamais perturber les écosystèmes.

Aujourd’hui, avec ce mode de tourisme responsable, nous favorisons la culture locale et les excursions à la découverte de l’environnement et des sites naturels des pays.

Même les hôtels ont compris cette tendance et commencent à se l’approprier en proposant des hébergements construits avec des matériaux écoresponsables et où les produits d’entretien utilisés sont aussi écologiques. Certains poussent le phénomène encore plus loin, en créant de véritables villages écoresponsables. Dans ces lieux, les voitures et voiturettes sont interdites, les produits cosmétiques offerts et vendus le sont aussi et la nourriture provient au maximum d’un circuit court.

Mais l’écotourisme, ce n’est pas simplement la dimension environnementale, cela inclut également l’humain. Il s’agit d’aller à la rencontre des populations locales, d’échanger et de partager avec eux.

Il faut cependant faire attention aux comportements inappropriés avec les différentes cultures. C’est pourquoi, il vaut mieux partir avec un organisme pour avoir un cadre organisé et des recommandations sur la conduite à tenir.

Les déclinaisons de l’écotourisme

Vous n’êtes pas obligé de réserver vos vacances dans un village écotouristique, car cela a un coût non négligeable, pour pratiquer l’écotourisme.

Marché en Asie
Photo by Alice Young on Unsplash

Voici quelques exemples de solutions que vous pouvez mettre en place lors de vos prochaines vacances :

  • Pensez à emporter avec vous des objets utiles pour éviter le gaspillage et la pollution : savon solide écologique et végan, gourde pour éviter d’acheter des bouteilles en plastique, couverts, mouchoirs en tissus, …
  • Favorisez les artisans locaux pour vos achats et pour la cuisine locale pour vos repas. En consommant des produits de saison et du coin, vous soutiendrez les producteurs locaux et participerez à l’économie du pays.
  • Logez chez l’habitant ou dans des maisons d’hôte afin de vous imprégner de la culture du pays et aller réellement à la rencontre de la population.
  • D’autres petits réflexes du quotidien peuvent être adoptés pour réduire son impact écologique. Par exemple, si vous le pouvez, demandez votre chemin à quelqu’un plutôt que d’utiliser votre gps. En effet, la recherche internet consomme beaucoup d’électricité !

Le volontariat : le tourisme solidaire pour aller plus loin

Pour ceux qui veulent aller plus loin dans leur démarche, vous pouvez donner de votre temps, lors de votre voyage, pour aider une association locale ou un centre.

Il est même possible de consacrer votre voyage à votre projet de voyage responsable en construisant votre séjour avec un organisme tel que le CEI.

Rénovation des temples au Cambodge
Photo by giulia brochetto on Unsplash

Nous proposons nos programmes de volontariat dans de nombreux pays avec des missions variées en fonction de vos envies et objectifs. En effet, vous pouvez choisir d’agir pour la protection des éléphants au Laos, d’aider à la rénovation des temples au Cambodge ou de vous imprégner d’une nouvelle culture en rencontrant la communauté Akha en Thaïlande.

L’avantage de ces missions de volontariat c’est qu’elles s’adaptent à votre emploi du temps et peuvent se faire « à la carte ». Vous pourrez choisir la durée de votre séjour ainsi que la date de votre départ (il vous faudra toutefois être au minimum disponible 2 semaines en général).

Un autre point positif, principalement pour les femmes qui souhaitent partir seules, si vous optez pour une mission d’écotourisme organisée, est que vous n’aurez aucune inquiétude à vous faire en ce qui concerne votre sécurité.

L’écotourisme peut aussi prendre d’autres formes, qui lui ressemblent et qui le complètent comme le slow tourisme ou la digitale détox, le fait de bannir téléphones et écran lors du voyage.

Le dénominateur commun à ces nouveaux modes de voyage est de prendre le temps. C’est une nouvelle philosophie de tourisme, où l’on fait attention à la qualité du cadre dans lequel on va et où l’on prend le temps de découvrir un pays, une ville, ou un lieu et sa culture ainsi que sa population, sans les envahir ni les impacter négativement.





Partager: