Portrait d’un directeur de colonie de vacances

Les colonies de vacances sont des occasions rêvées pour les directeurs de découvrir d’innombrables pays et de partager des moments inoubliables avec des jeunes de tous âges. Découvrez le témoignage du directeur de séjour, William.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle William, je travaille pour le CEI depuis 7 ans et 5 ans en tant que directeur. Je suis professeur d’EPS et je profite donc des vacances scolaires pour travailler sur des colonies. Ce n’est pas ma première expérience avec le CEI.

Où êtes-vous parti ?

guatemala william colonie

J’ai effectué de nombreux séjours avec le CEI. Pour en citer quelques uns, je suis parti à Ténérife, Florence, Liverpool, Londres. J’ai également passé un excellent moment au Guatemala, Afrique du Sud, au Japon notamment lors de la colonie Tokyo à Oaka. 

neige ski chatel

J’ai effectué des colonies de vacances en France, telles que Châtel 100% ski, Air X’Trême et anglais et cours de ski ESF.

Quels étaient pour vous les objectifs de votre séjour ?

guatemala paysage colonie

En séjour, j’aime donner de l’autonomie aux jeunes concernant la vie quotidienne et le choix des activités. Les voyages forment la jeunesse, d’autant plus qu’ils sont acteurs de leur voyage. Je demande également à mes équipes pédagogiques de favoriser les activités communes lors des séjours, que ce soit en France ou en séjour à l’étranger. Cela permet de développer le respect des uns envers les autres afin d’apprendre aux jeunes à vivre ensemble. Ce sont malheureusement des valeurs qui se perdent aujourd’hui.

Qu’avez-vous retiré de cette expérience ? 

Les jeunes apprécient souvent avoir la possibilité de faire des choix en ce qui concerne les activités. Celles-ci leur permettent de créer des souvenirs inoubliables. A l’issue du séjour, les impressions des jeunes sont souvent très positifs et l’ont encore été lors de notre dernier séjour en Islande.

Avez-vous une anecdote à nous raconter ?

guatemala colonie voyage

Lors de notre dernier séjour, nous nous sommes retrouvés à l’aéroport avec un nombre de places assises insuffisant. Les animateurs ont alors passé le transfert debout. Il ne faut donc pas hésiter à vérifier tous ces petits détails qui auraient pu échapper au CEI et qui ne sont d’ailleurs pas de leur ressort. En effet, le prestataire avait modifié la commande du CEI pour libérer un car plus petit en se disant que le reste du groupe louerait une voiture ou prendrait un taxi.

Partager: