BREXIT : ça change quoi pour mon départ au Royaume-Uni ?

Pour ceux qui envisagent de partir vivre au Royaume-Uni, que ce soit pour des études, dans le cadre d’un stage ou bien pour vivre une expérience professionnelle, et qui sont inquiets par l’évolution de la situation du Brexit, voici un résumé de l’actualité brûlante du Brexit, ses issues possibles et ce qu’il en sera pour une future expatriation au Royaume-Uni.

Une situation sous haute tension

Depuis le résultat du référendum du 23 juin 2016, l’Europe vit au rythme des rebondissements concernant les modalités de sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne qui est prévue pour le 29 mars 2019.

Après 17 mois de négociation, Theresa May, la première ministre Britannique et l’Union Européenne étaient finalement parvenus à un accord de sortie du Royaume-Uni qui a été présenté à la Chambre des communes fin janvier.

Le problème est que les députés britanniques ont majoritairement rejeté cet accord, ce qui plonge encore un peu plus les citoyens dans l’incertitude à moins de trois mois du Brexit.

L’Europe et ses citoyens restent en suspens

Malgré le résultat négatif du vote du 15 janvier 2019, l’accord peut encore être ratifié par le Royaume-Uni. En effet, Theresa May a présenté un «plan B» lundi 21 janvier, pour permettre à son pays d’accomplir le Brexit le 29 mars de la façon la plus sereine possible.

Poignée de main au dessus d'un jeu d'échec

Photo by rawpixel.com from Pexels

Cependant, ce nouveau plan qui s’est révélé être très ressemblant au plan initial n’a pas été très bien accueilli par les députés, qui ont été appelés à voter une nouvelle fois mardi 29 janvier sur une nouvelle solution. Hier, les députés britanniques ont donc voté deux amendements : le premier, qui exclut une sortie de l’Union européenne sans accord, et le second, demandant la modification de l’accord de Brexit négocié avec l’Union Européenne.

Sadiq Khan, le maire de Londres, a déclaré à la suite de ce vote : « Le Parlement s’est contredit ce soir. Les députés ont eu raison de voter pour rejeter un Brexit sans accord. Mais ils ont également voté pour renvoyer Theresa May à Bruxelles afin de renégocier l’accord de retrait, ce que l’UE se refuse à faire »

Source : https://lepetitjournal.com/londres/les-deputes-britanniques-ne-veulent-pas-dun-brexit-sans-accord-249089

En effet, le porte-parole du président du Conseil européen Donald Tusk, a fait savoir que l’accord de Brexit n’était pas renégociable. Idem pour Emmanuel Macron qui a répété que l’accord proposé était « le meilleur possible » .

Pour résumer, Theresa May à 15 jours pour essayer de négocier un nouvel accord de divorce avec l’Union Européenne avant de revenir vers les députés le 13 février pour un nouveau vote.

En cas de succès, une nouvelle tentative de ratification pourrait intervenir afin de sortir le pays de l’impasse.

En cas d’échec, les solutions restantes seront soit le repoussement de la date de sortie du Royaume-Uni, le temps d’arriver à un accord, soit le « no deal », c’est-à-dire la sortie sans accord. Même si personne n’est favorable à une telle configuration, c’est une solution qu’il faut envisager et à laquelle tous les pays européens se préparent.

La dernière solution, extrême, mais qui n’est pas envisageable à ce jour par Theresa May et son gouvernement, pourrait être la mise en place d’un nouveau référendum pour revoter le Brexit.

La libre circulation des citoyens européens jusqu’en 2020  

Jeune voyageur avec une valise dans un aeroport ou une gare

Photo by rawpixel.com from Pexels

Mais rassurons-nous, nous venons d’apprendre que pour le moment, tout citoyen européen sera libre de circuler au Royaume-Uni et de s’y installer pour une certaine durée.

En effet, en l’absence d’accord, le gouvernement britannique a clairement indiqué que les cartes nationales d’identité délivrées par les Etats membres de l’Union européenne à leurs ressortissants resteront valables jusqu’au 31 décembre 2020 inclus pour voyager au Royaume-Uni.  Par conséquent, les ressortissants français et européens pourront continuer de voyager avec leur passeport ou leur seule carte d’identité jusqu’à cette date. Cette information nous a été délivrée par le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères.

En revanche, après cette date, il est possible que le gouvernement vous demande de vous munir d’un passeport et d’un Visa (pour les longs séjours, supérieur à 3 mois) donc il faudra penser à anticiper votre départ.

Ces dernières informations sont de bonnes nouvelles pour les étudiants ou jeunes actifs ! Si vous souhaitez vivre une expérience en Angleterre, en Ecosse, en Irlande du nord ou même au Pays de Galles, profitez de ces derniers mois pour réaliser votre rêve !

Partager: